Retour page pécedente

 

Mission Nicolas Saunier

Rapport de mission de Nicolas Saunier pour ASSOFRANI du 27 janvier au 10 février 2008

Visite du puit de Kirkissoye

28 janvier 

visite du puits de Kirkissoye, fréquentés par les femmes pour vaisselle, lessives , et par troupeaux de passage.

La poulie n’est pas installée. Demande d’explications faite à Ali et Harouna. Pas de réponse à ce jour.

 

29 janvier
rencontre avec Allasan Nahé, un des responsables des projets d’eau vive, bons conseils donnés pour les futurs projets. Intéressant de rester en relation avec eux pour façon de travailler dans un village ce qui nous permettra d’établir des priorités dans nos interventions.
Ils nous ont remis une fiche de renseignements à remplir avec les villageois lors des rencontres de préparation

#
visite à Mélé Haoussa

30 janvier
visite à Mélé Haoussa, bon stock dans la banque céréalière. Nicolas n’a pas pu rencontrer la gestionnaire de la banque céréalière mais a visité quand même.  Demande récente  de réhabilitation du puits très ancien.

                    Visite de Sona, village qui n’a qu’un forage qui est souvent en panne et demande la réalisation d’un puits pour développer les cultures de contre –saison.

Notre président nigérien , Ali , propriétaire d’un champ( 1 à 2 ha) à Sona a proposé de céder sa parcelle au village pour cultures. Ce serait un terrain collectif , avec comité de gestion, d’où l’idée d’y implanter un puits car l’eau du forage est payante , 5 F le seau. .

31 janvier
nouvelle rencontre avec les responsables de l’association «  eau vive »
visite des puits de Margou béné ( réhabilitation) , population satisfaite, le puits ne se tarit plus ;
et de harikanassou,( 2000 h )  puits implanté près de l’école et de la mairie.
Nicolas Saunier pense que ce projet n’était pas prioritaire  vu qu’un château d’eau doit être implanté au village sous peu…ce village aurait beaucoup d’aides..
Le PB avec les châteaux d’eau , c’est que l’eau est chère et que la population la plus démunie ne pourra pas se payer l’eau. Alors , faut-il regretter cette construction ? A suivre….

visite des puits de Margou béné
visite à Sougeydé

1 février
visite à Sougeydé,village de 800 h  demande d’un nouveau puits,  car un seul puits traditionnel très ancien existe,, non cimenté, margelle en branchages, qui s’effondre…de plus il se remplit souvent de sable…

 

3 février
visite du hameau de Idabongou ( 50 h ) , hameau de Bonkoukou. Habitats dispersés(touarègs) tout autour de ce hameau.
Beaucoup de petits puits peu profonds comme à Kiota,qu’il faut refaire chaque année,  mais pas de puits digne de ce nom.
Ce puits serait implanté sur un terrain collectif, afin de faire des cultures de contre saison  et d’avoir accès à de l’eau potable.

visite du hameau de Idabongou

 

visite village de Kokiri

6 février
visite au village de Bakoubama,800 h + hameaux autour , demande d’un nouveau puits .
Pour le moment un seul puits qui date de 35 ans à 500 m  du village, avec 20 cm d’eau seulement.  A recreuser et à réhabiliter de toute façon ;
Visite du village de Kokiri, 2000 h avec les hameaux alentours.
2 puits existants, un à 300 m du village,  avec abreuvoirs déportés , grosse fréquentation pastorale, mais risque d’effondrement dû à un ravin qui creuse .
                            un  autre puits de  45 m de profondeur, proche du village dont les buses seraient effondrées , puits quasi tari. Réhabilitation possible ? Harouna pense que ce puits n’est pas réhabilitable, à cause de l’effondrement des buses de captage. Nous lui demanderons de descendre et de nous faire un compte rendu ?

Nicolas Saunier pense que le projet le + urgent serait à Sougeydé , ensuite Sona et Kokiri.

Idabongou sougeyde