Quelques grandes compagnies aériennes assurent des liaisons régulières avec le Niger : Air France, Royal Air Maroc, Air Algérie. D’autres organismes, tels Point-Afrique, pratiquent, en plus de tarifs bas, un tourisme « intelligent » avec financements d’opérations de solidarités avec les pays destinataires.


Formalités :
Pour l’obtention d’un visa, s’adresser à :
L ’Ambassade du Niger en France
154, rue Longchamp
75016 Paris
Tél. : 01 45 04 80 60
Fax. : 01 45 04 62 29

Vaccins :
La vaccination contre la fièvre jaune est obligatoire. D’autres sont recommandées (méningite par exemple). Si vous restez dans des zones désertiques (Agadez, massif de l’Aïr), il n’y a pas de moustique, donc pas de risque de paludisme. Par contre, si vous séjournez en brousse (la partie sud du pays dont Niamey), un traitement antipaludéen est recommandé.

Transports :

Dans Niamey, le taxi :
Toujours collectif, c’est lui qui décide s’il vous prend ou non après que lui ayez annoncé votre destination. Un client déjà présent dans le taxi ne va peut-être pas du tout dans la même direction que vous. Le taxi est un lieu de rencontres très conviviales. Profitez-en pour discuter avec le chauffeur et les autres passagers.

Les taxis-brousse :
L’Afrique ne serait plus la même sans ses taxis-brousse. Dans les minisbus 12 places (pour les européens), les Nigériens s’entassent à plus de 20. Sans commentaire.

Les bus :
Plusieurs compagnies de bus existent, notamment au départ de Niamey. Se renseigner si possible plusieurs jours à l’avance sur les horaires, réservations, bagages, etc. Sur les longs parcours, profiter au maximum de chaque arrêt (rares) pour dérouiller les articulations et satisfaire quelques besoins naturels.

L'état des routes :
Quelques grands axes sont goudronnés. Mais dès que l’on s’écarte, un tant soit peu, de la route principale, le reste n’est que pistes en latérite. Y compris dans la capitale, de nombreuses voies ne sont pas goudronnées. Bien protéger appareils photos et autres de la poussière.

Train : pas de voie ferrée.